la pédagogie Montessori : 2 grandes idées reçues

maria-montessori-cocon-compagnie

la pédagogie Montessori : 2 grandes idées reçues

ℙarce qu’une énième présentation n’apporterait rien de nouveau, j’ai pensé qu’il serait plus intéressant d’échanger sur 2 grandes (fausses) idées.

Une pédagogie trop rigide : Il faut recontextualiser un peu pour en comprendre les racines. Dr en psychiatrie et spécialisée dans les maladies mentales de l’enfant, M. Montessori ouvre en 1907 la 1ère maison des enfants à destination des enfants des quartiers défavorisés. Dans une situation économique très précaire, dans une époque où être une femme médecin est considéré comme scandaleux (c’est la 1ère femme psychiatre en Italie !), M. Montessori a fondé sa pédagogie sur un travail scientifique extrêmement rigoureux. Cependant, ses propres travaux s’inspirent de celui du Dr Itard et de E. Séguin. En mettant à profit un corpus laissé par ses prédécesseurs ainsi que ses propres recherches, elle a pu adapter son travail aux besoins spécifiques des enfants dont elle avait la responsabilité. C’est d’ailleurs la volonté qu’elle indiquera dans son dernier livre en écrivant que sa pédagogie est faite pour être reprise et modelée selon le contexte et l’époque de son application

Le matériel est le plus important : Avant tout, la révolution apportée par M. Montessori c’est sa conviction que les enfants peuvent être autonomes dans leurs apprentissages dès lors qu’ils sont placés dans un contexte émotionnel et éducatif adéquat. De ce postulat c’est toute la place de l’enfant dans la société qui est chamboulée. Si le matériel est effectivement issu de longue recherches scientifiques, ce n’est pas pour rien qu’on ne parle pas de classe mais d’ambiance dans les écoles Montessori. C’est d’abord cette atmosphère, propice au travail autonome, à la confiance en soi et à la réalisation de projets en communauté qui est primordial dans la philosophie de la pédagogue. 


Maria Montessori a travaillé autour de l’observation des enfants, de leur soif d’apprendre, autour de leur curiosité naturelle. Si aujourd’hui les neurosciences et sciences du comportements valident ses théories, elle aura marqué un tournant dans la façon de repenser la transmission et l’éducation. Loin des labels “Montessori” sur toutes les boîtes de jeux, loin d’une mise en pratique d’une méthode immuable, ses écrits invitent d’abord à se concentrer là, sur cet enfant que vous avez sous les yeux, dont le potentiel unique n’attend qu’à se développer.

No Comments

Post A Comment