cocon_et_compagnie_neuroscience

La sociabilité innée des enfants

Les enfants sont des êtres sociables. Cette sociabilité, une fois que notre cortex pré-frontal (là où se loge la raison) prend le dessus dans le commandement du cerveau, ne nous apparaît plus comme innée. Nous adoptons alors des comportements “contre-nature”.

Encourager son enfant sans excès

Nous félicitons notre enfant sans qu’il ne nous demande rien. Pourtant que nous sommes fièr-e-s de ce qu’il vient d’accomplir. En intervenant dans sa réalisation, en nous exclamant, nous coupons l’élan de l’enfant qui ne recherche pas notre approbation. Lui, agit pour lui, comme ses sens et ses besoins le lui commandent. Puisqu’il nous est difficile de ne pas nous contenir devant une action (aussi mignonne soit-elle), est-ce nous qui sommes en demande d’une marque d’affection ? Pire, en félicitant à outrance une action positive (bébé qui aide par exemple) c’est le message inverse que nous envoyons. L’enfant ne comprend pas pourquoi toute cette agitation autour d’un acte qui pour lui est naturel. Pourquoi souligner ce qui est en lui ? Cela voudrait-il dire que nous sommes étonné-e-s de le voir si attentionné ? Voilà comment s’ancre très rapidement dans le cerveau de l’enfant une image biaisée de sa personnalité.

L’impact de nos attentes

Il est alors facile de comprendre comment les brimades s’imprègnent dans l’esprit de l’enfant. “Tu n’es pas gentil”, “tu ne fais pas attention”… La sociabilité du tout-petit le pousse à se conformer aux attentes que nous avons de lui. L’intellect prend le dessus sur l’inné et l’enfant, dans son besoin vital de ne pas être abandonné, agit comme ce qu’il pense qui est attendu. Ma figure de référence s’attend à ce que je casse ceci, que je me comporte comme cela, alors je le fais.

Respecter son enfant c’est aussi réussir à ne pas lui imposer notre prisme, bon ou mauvais. C’est le laisser aller là où naturellement ses besoins et envies le poussent en s’assurant qu’il soit toujours en sécurité physique et émotionnelle. Parfois accompagner c’est savoir se mettre en retrait.

No Comments

Post A Comment